Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

NON A UNE REVISION DANS LES CONDITIONS ACTUELLES

LE DEBAT RESTE ACTUEL! NE PAS BAISSER LA GARDE En 2004 s’est déroulé au sein de la société béninoise un combat d’une très grande ampleur. Des éléments stipendiés ont animé un courant nauséabond et rétrograde de révision de notre Constitution dans les conditions actuelles de notre pays. Ces éléments sont poussés par Kérékou et la mafia qui l’entoure et l’entretient. Un grand nombre de journalistes, de chroniqueurs, de dirigeants syndicaux et quelques partis politiques ont exprimé leur farouche opposition à quelque retouche que ce soit de notre Constitution dans les conditions actuelles. Je me fais l’agréable devoir de citer quelques-uns des organes de presse qui ont mené ce combat. Ils vont du Matinal à L’Indépendant, de Fraternité à La Nouvelle Tribune, du Républicain à Adjinakou, du Point au Quotidien aux Echos du Jour, du Matin au Progrès, de La Gazette du Golfe au Social Démocrate,de l’Informateur à l’Aurore, du Télégramme à la Pyramide et tous les autres médias vous avez les uns et les autres fait un travail admirable contre la révision par trop précoce et presque personnalisée de notre Constitution. Parmi les personnalités qui ont pris nettement position contre cette tentative machiavélique de la révision, je voudrais mentionner Me Sadikou ALAO, Me Robert DOSSOU, Me Lionel AGBO,le Professeur Honorat AGUESSY, M.Francis KPATINDE, le Général KOUYAMI, le Docteur Emile Derlin ZINSOU, M. Denis AMOUSSOU –YEYE, M. Roger GBEGNONVI,Me Marie- Elise GBEDO, M. Albert TEVOEDJRE,M. Paul Martial TEVOEDJRE et beaucoup d’autres encore. Parmi les organisations et les groupes organisés il me plaît de mentionner la CGTB,la CSTB, le SNES-BL, la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME,l’ONG ELAN, le PSD-BELIER, le PCMLB,l’ADP, l’UDS, l’UPC, le MAP, le MPCD, le CADD. Ensemble vous avez imposé un recul notoire à la horde des hommes qui ne veulent pas que nous fassions un bilan de l’application que nous avons faite de notre constitution depuis 1991 avant d’aborder le débat sur sa révision. N’oubliez jamais, amis journalistes, qu’il y a une race de politiciens qui n’ont que le mensonge à la bouche. Ce sont des politiciens qui disent toujours et invariablement le contraire de ce qu’ils pensent. S’ils vous disent qu’ils sont contre la révision de la Constitution ne vous fiez pas à eux. Ce sont des politiciens tricheurs et mécréants qui sont capables de dormir dans les mosquées et dans les églises, des politiciens qui sont capables de communier sept fois par jour, mais qui vous conduiront, non pas à Dieu, mais à Lucifer si vous vous fiez à eux. Hommes des médias, vous devez savoir que vous êtes aujourd’hui le front le plus avancé du combat pour la démocratie dans notre pays. Je voudrais tellement que vous travailliez chaque jour à développer la conscience que vous avez déjà de votre mission patriotique et historique. Vous êtes aujourd’hui le rempart le plus sûr de notre Constitution et donc de notre république. Ne baissez pas les bras. Vous êtes jeunes pour la plus part et comme tous les jeunes normaux, vous avez de nobles ambitions pour votre pays tout comme ces jeunes d’hier qui, par leurs luttes au prix souvent de leur vie ont permis les avancées que notre pays a connues. La tendance des forces rétrogrades est de tirer les sociétés humaines vers l’arrière, de chercher à freiner la marche de l’histoire et au besoin à lui faire faire des reculs. Si vous baissez les bras, ils vont nous ramener en arrière. Ne baissez donc pas la garde, ne la baissez jamais. Certains hommes politiques vont se présenter comme défenseurs des populations mais sont de véritables minables qui sont très proches de leurs intérêts personnels. Les problèmes que nous aurons de plus en plus montreront au grand jour les magouilles politiques auxquelles s’adonnent quelques personnes assoiffées de pouvoir dans notre pays. Hommes des médias, ne baissez jamais les bras. Ne laissez pas ceux qui sont contre le Progrès de notre pays nous tirer en arrière. Au moment où les enfants du peuple dans leur ensemble viennent boucher les vilains trous de la maudite jarre avec leurs doigts, certains apatrides préfèrent boucher les mêmes trous avec leur bouche et ainsi, le précieux liquide que nous faisons l’effort de sauvegarder par nos doigts coule doucement dans leur ventre. Ainsi après nous avoir volés, ils deviennent des possédants. Hommes des médias, ne baissez jamais les bras, n’abandonnez pas votre combat, n’abandonnez pas le peuple au moment où il a besoin de vous. Il ne faut pas baisser la garde. LE DEBAT RESTE ACTUEL

Les commentaires sont fermés.