Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bénin-Témoignages

  • 174-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 20/10/19

     

     

    174-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 20/10/19

    Je retiens que du 10 au 12 octobre 2019 deux réunions, deux conclaves ont eu lieu dans le pays. L’une baptisée de dialogue politique et l’autre des« Assises de la résistance ».Le dialogue politique de Talon  est réservé aux amis de Talon, ceux qui depuis le début de son mandat lui ont prêté main forte pour détruire la vie des citoyens, pour détruire les biens des citoyens, pour détruire l’édifice  démocratique du pays, pour détruire l’école en tant qu’institution. Talon les a invités pour trouver avec eux le nouveau cahier des charges pour continuer l’œuvre criminelle qu’ils ont ensemble commencée et qui sème tant de désolation dans le pays. Neuf partis invités, huit présents,  Union Progressiste (UP) , Bloc Républicain(BR),Parti du Renouveau Démocratique(PRD),Mouvement des Elites Engagées pour l’Emancipation du Bénin(MOELE-BENIN),Forces Cauris pour le Développement du Bénin (FCDB), Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN),Forces Cauris pour un Bénin Emergent(FCBE),Parti la Flamme Renouvelée (PFR).

    Le parti Dynamique Unitaire pour la Démocratie et le Développement (DUD) de HOUDE a décliné l’invitation. HOUDE a   déclaré  que son parti n’est ni de la mouvance ni de l’opposition. Fermez le ban !

    Les huit partis présents ont amené à la foire du dialogue politique environ trois cents personnes, trois cents ventres en somme. De quoi ont débattu les participants au dialogue politique ? Cinq points ont été inscrits à l’ordre du jour : Il s’agit :

    1-du toilettage du code électoral et de la charte des partis politiques :(Je ne sais pas ce que ça signifie !)

    2- du renforcement du système partisan,(je ne savais pas que c’était le système partisan qui avait tiré sur les citoyens béninois en avril et en mai 2019,je ne savais pas que c’était le système partisan qui ferme les écoles, licencie les enseignants et suspend leur salaire!)

     3-de la recherche d’équité dans la représentation du peuple à l’Assemblée nationale,(je ne comprends pas ce que signifie ce charabia !)

     4-du statut de l’opposition (c’est l’inévitable serpent de mer qui sort en permanence sa tête dès que la mouvance se retrouve et quelle que soit la mouvance ! Et dire qu’il existe depuis longtemps une loi sur le statut de l’opposition et qu’il suffirait de la mettre en application !)

    5-et des mesures d’apaisement de la situation politique. Mesures d’apaisement ?Que Talon arrête de nous agresser et de nous violenter tous les jours, qu’il libère les prisonniers politiques , qu’il remette les corps des victimes de la crise postélectorale etc..Talon sait exactement ce qu’il faut faire et n’a aucun besoin d’un dialogue bidon pour le faire.

    Voilà les cinq  points autour desquels ces ventres se sont retrouvés pendant trois jours.

    Tous ces points sont des points pour s’amuser, des points qui sont d’une futilité  ahurissante  puisqu’ils    ne peuvent en aucun cas conduire à la résolution de la crise ouverte par les élections exclusives d’avril 2019. Aucun de ces points ne  pourra permettre à certains députés d’aller tranquillement chez eux. Tous ces points mériteraient que j’en fasse le commentaire en les prenant un à un mais je crois que cela ne vaut  pas la peine. Cet ordre du jour est la preuve manifeste que Talon, chef suprême de Bruno AMOUSSOU,  de Adrien HOUNGBEDJI, de Kolawolé IDJI, de Mathurin Coffi NAGO  et des autres que vous connaissez, cet ordre du jour, est la preuve, disais-je, que Talon et  tous ces ventres qui l’entourent  croient  qu’il n’y a pas de crise au Bénin. Cet ordre du jour est la preuve manifeste de leur mauvaise foi. La mauvaise foi ,c’est lorsqu’on sait soi-même qu’on ment mais qu’on veut faire croire aux   autres   qu’on dit la vérité et c’est proprement ce que Talon fait depuis bientôt quatre ans. Talon a eu l’immense chance de trouver autour de lui et pour l’accompagner, d’anciens militants et dirigeants des organisations régionales anti-impérialistes comme Bruno Amoussou et la plupart de tous les autres.  

    Parmi les huit partis participant au prétendu dialogue politique, trois   portent la voix  proche des exigences du peuple. Il s’agit de   l’UDBN de Afiavi Claudine PRUDENCIO, du PRD de Adrien HOUNGBEDJI, et des FCBE de Paul HOUNKPE. Ce sont ces partis qui,  pêle mêle, ont exigé la libération des prisonniers politiques, le retour des exilés, la remise des corps des victimes  de la crise post électorale à leurs familles, la dissolution de l’assemblée illégitime etc..etc..Chacun doit à présent savoir que Talon et les siens n’ont pas fait leur dialogue pour les Béninois. Ils l’ont fait pour l’extérieur et donc ce dialogue ne résoudra aucun problème.

    Je retiens que face au dialogue bidon de Talon, les partis de l’opposition ont organisé les « Assises de la résistance » les 10,11 et 12 octobre 2019 d’abord au Chant d’ Oiseau puis au CODIAM à COTONOU. Les forces de la Résistance ont retenu les préalables sans lesquels il ne saurait y avoir de dialogue avec Talon. Il me plaît de rappeler ces préalables :

    1-L’abrogation des lois portant Charte des partis politiques et code électoral

    2-La dissolution de l’Assemblée Nationale et la mise en place d’un organe faisant office de parlement transitoire

    3-La reprise des élections législatives pour donnerla parole au peuple et lui permettre de choisir ses représentants

    4-L’amnistie générale pour tous les exilés et détenus politiques

    5-La restitution des dépouilles mortelles de nos compatriotes  assassinés à leurs familles respectives  afin de leur permettre de faire le deuil des disparus  bien sûr après une autopsie indépendante et contradictoire.

    6-La réintégration sans délai  dans leur fonction des 503 enseignants abusivement suspendus.

    Ce sont là les principales revendications du peuple béninois ! Les partis de l’opposition  ont eu raison de ne pas rester silencieux  pendant le grand tintamarre du dialogue  de Talon.  Mais on ne peut pas se contenter  seulement de faire du bruit face au bruit de Talon. Il faut une stratégie de combat contre Talon et pour avoir une stratégie, il faut avoir un programme. Les Forces de Gauche  en ont proposé un qui pourrait déjà  servir de base de discussion sérieuse au sein de l’opposition. J’espère, en ce qui me concerne, qu’une opposition, c’est d’abord des idées que l’on promet de réaliser pour le bien-être du plus grand nombre des concitoyens. Je garde l’espoir que l’opposition béninoise va s’engager dans cette voie.

       Je retiens que plus d’un mois après la rentrée, l’école est toujours face à ses problèmes de locaux, d’effectifs, de personnels enseignants. Dans le  département de l’Ouémé, il y a un collège qui a quatre-vingt-quinze groupes pédagogiques dont plus de quarante classes volantes. Au CEG1 Apro-Missérété il y a plus de  trente classes volantes. Tout ça est causé par le système partisan. Les directeurs et les maîtres sont soumis à d’intolérables pressions. On les contraint à garder le silence sur ce qui leur arrive. Il se joue à l’école une véritable tragédie  sur laquelle Talon veut qu’on garde le silence. De toutes les façons cette tragédie ne donnera que des morts, or les morts, Talon connaît. Mais ce qui m’embête, ce n’est pas Talon. Ce sont les dizaines de syndicats d’enseignants dont les dirigeants   font comme s’ils ne voyaient rien de tout ce qui se passe à l’école. Au primaire, il y a plus de cent syndicats, oui, plus de cent ! Et au secondaire il y a plus d’une cinquantaine de syndicats qui en principe se battent pour la défense des intérêts matériels et moraux des enseignants ! Où sont-ils donc ? Ne voient-ils pas que la cour de l’école est jonchée de morts ?   

     

    Avec la Conférence de février 1990, notre pays est entré dans l’ère du renouveau démocratique. Notre Constitution  a formellement interdit  l’emprisonnement des citoyens  Béninois pour délit d’opinion. Mais dès sa prise de pouvoir, Talon  a fait enfermer Laurent METONGNON et ses co-accusés pour leur opinion politique. Depuis des mois, Talon pourchasse et fait emprisonner  des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois pour leur opinion, des jeunes qui expriment leur opposition à la politique désastreuse de Talon. Laurent METONGNON et ses co-accusés et tous les jeunes emprisonnés par Talon sont des prisonniers politiques. Talon a fait emprisonner des enseignants  pour leur opposition à son   évaluation-licenciement criminel.  Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Talon doit libérer les jeunes qu’il a  fait enfermer. Talon doit libérer les enseignants qu’il a emprisonnés au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. Talon a suspendu le salaire de centaines d’enseignants au motif qu’ils ont observé le boycott de son évaluation-licenciement. Talon doit lever  la suspension du salaire des enseignants qui ont observé le boycott de son évaluation criminelle. La gouvernance désastreuse de Talon a forcé plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées  au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog : http://benin-temoignages.hautetfort.com

     

  • 173-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 13/10/19

     

    Je retiens que  le dix octobre,  nous avons organisé une petite tournée dans quelques écoles. Cette tournée nous    a permis  de voir comment Talon ferme des écoles au lieu d’en ouvrir. Talon c’est la mort ! Au Complexe scolaire de Vakon Centre, il y avait quatre groupes, A, B, C, D. avec comme besoins en personnels enseignants 24, chaque groupe ayant 6 classes avec 6 maîtres. Aujourd’hui, les quatre groupes sont réduits à deux avec comme besoins en personnels enseignant 12 maîtres. Mais pour chaque   groupe il y a trois maîtres. Comment se fait la fusion des classes ?  Le groupe A fusionne avec le groupe B. Le CI du groupe A va fusionner avec le CI du groupe B  en B. Le CP du groupe B va fusionner avec le CP du groupe A  en A. Le CE1 du groupe A va fusionner avec le CE1 du groupe B en B. Le CE2 du groupe B va fusionner avec le CE2 du groupe A en A. Le CM1 du groupe A fusionne avec le CM2 du groupe A en A. Le CM1 du groupe B fusionne avec le CM2 du groupe B en B. Ainsi le groupe A a trois classes et donc trois maîtres, et le groupe B aussi a trois classes et donc trois maîtres. Les groupes C et D  sont eux aussi organisés sur le même modèle. Que ce soit à l’Ecole Urbaine Centre ou à OULENDA le schéma est sensiblement le même. A l’Ecole Urbaine Centre ou à OULENDA la fermeture des classes et des écoles a commencé depuis deux ans au moins. Il y avait dans ces écoles six groupes  réduits à quatre depuis deux ans et maintenant ces groupes sont réduits à deux avec le schéma décrit plus haut. Nous nous sommes retrouvés avec des enseignants qui  sont face à des effectifs à peine imaginables. A Vakon Centre un maître est face à 95 (quatre-vingt-quinze) élèves ! Une institutrice est face à cent-quinze élèves. Nous avons vu une jeune dame avec 147  (cent-quarante-sept) élèves. Talon dit qu’il n’a fermé aucune école. Peut-être ne sait-il pas que l’école est identique à un groupe ! Peut-être ignore-t-il qu’en fermant les groupes, il ferme des écoles ! Quand j’ai vu cette jeune femme devant ces cent-quarante-sept petits enfants du CP, je n’ai pas eu pitié d’eux ! Non ! Je n’ai pas eu pitié de la jeune femme, bien que je sache  très bien que sa vie est mise en danger par les criminels qui nous gouvernent ! J’ai eu pitié de vous qui êtes assis à la maison et qui buvez tous les jours les paroles de ces ignorants qui disent que tout va bien à l’école. Bien sûr que l’on peut être amené à fermer un groupe si le déplacement des populations a conduit à ce résultat inévitable. C’est le cas de l’école FCOOP à Porto-Novo qui avait trois groupes et qui aujourd’hui n’en a plus qu’un. J’ai eu pitié de vous,  parce que  vous attendez tranquillement   que vos enfants reviennent de l’école instruits et vous ne vous préoccupez pas des conditions que Talon leur impose à l’école. J’ai eu pitié de vous parce que vous avez accepté que vos enfants soient à trois, à quatre ou même à cinq sur des bancs fabriqués pour deux enfants. Talon ne sait pas que l’école c’est des groupes et qu’un groupe est une école. Talon supprime des groupes et dit qu’il n’a supprimé aucune école ! Si l’on veut supprimer d’écoles comment s’y prendrait-on ?  Un groupe, c’est six classes avec six maîtres. Une école  est un groupe dès qu’elle dispose des trois niveaux et qu’elle présente des candidats au CEP.C’est dans cette situation de suppression massive d’écoles que plus de cinq cents enseignants sont suspendus pour avoir rejeté  avec raison une évaluation  illégale. C’est avec la révolution qu’a été engagé le processus de création d’écoles partout pour lutter efficacement contre l’ignorance. Avec le Renouveau démocratique,  le rythme s’est légèrement ralenti mais personne n’a jamais pensé fermer des écoles. Talon tue tout et pour s’assurer qu’il tue réellement, il a mis le cap sur la destruction totale de l’école. Et Talon est aidé par tous ceux que vous connaissez, des personnes qui se contentent des sommes d’argent qu’il leur donne pour le laisser assouvir sa soif illimitée de possession et de pouvoir. Il paraît que le  Salimane Karimou est inspecteur du primaire. Je crois que c’est le moment pour lui  d’aller inspecter la jeune dame qui se trouve devant ses 147 élèves ! S’il n’y va pas c’est donc qu’il est un  inspecteur kpayo ! Il paraît que le Mahougnon Kakpo est professeur d’université ! Quatre semaines après la rentrée scolaire, il y a des classes d’examen qui n’ont pas encore leurs professeurs ! Et lorsqu’à la fin de l’année les résultats ne suivront pas, on déchargera le directeur, c’est lui qui sera sanctionné ! Il n’y a que des ministres kpayo qui puissent poser des actes de ce genre.

       Talon a initié un dialogue politique avec ses amis ! Un dialogue politique au palais des Congrès avec des modérateurs. Chacun sait qu’aucun Béninois n’attend rien de cette rencontre puisque cette rencontre ne donnera aucune réponse valable aux questions qui se posent à notre société. Talon pense qu’il n’y a pas crise au Bénin, il pense qu’il n’y a pas de prisonniers politiques au Bénin, il pense qu’il n’y a pas d’exilés politiques dans notre pays, peut-être qu’il pense même  qu’il n’y a pas fermeture des frontières. Quand on réfléchit  comme ça, on ne peut régler aucun problème. Je regrette seulement que mon ami Tokpanou se soit prêté à ce jeu de Talon.   Nous devons veiller à poser des actes qui excluent tout doute de nos amis quant à aux valeurs qui sont les nôtres. Je me refuse à penser que Tokpanou a faim, non, Tokpanou ne peut pas avoir faim.  

    Je retiens que l’opposition aussi s’est donné rendez-vous   du 10 au 12 octobre d’abord au Chant d’Oiseau puis  au CODIAM. C’est une bonne initiative dans son principe. Je reviendrai plus tard sur les résultats obtenus de part et d’autre.

    Je retiens que les Forces de Gauche ont amplifié la popularisation du programme du 12 septembre rendu public par le Premier Secrétaire  du PCB et Président de la Convention Patriotique des Forces de Gauche. Toutes les Forces de progrès doivent continuer à comprendre le programme et à le  diffuser. Le vendredi ce fut à Cotonou et le samedi ce fut à Porto-Novo. Les idées nouvelles ne pénètrent pas les masses d’elles-mêmes. C’est par le travail de propagande et d’agitation que ces idées pénètrent les masses et deviennent une force invincible. En avant donc pour diffuser et enrichir le programme des Forces de Gauche et de progrès.   

    Je retiens que BABA est décédé le vendredi 11 octobre. BABA c’est notre coiffeur de CATCHI. Plusieurs élèves des collèges de Porto-Novo des années soixante-soixante-dix l’ont connu. De son nom Moïbi SADIKOU il est âgé de quatre-vingt-six ans. Il a été le coiffeur de plusieurs de mes amis et de mes camarades. Dans les années soixante Baba participait même à la diffusion des tracts de la Ligue Nationale de la Jeunesse Patriotique (LNJP).Mais ce n’est pas cette activité qui m’a conduit vers lui. C’est autour de son salon de coiffure qu’a été créé le Club du Jeu de Dames de CACHI. Je  fréquente ce Club depuis 1975.BABA  est resté le même et lorsqu’il ne pouvait plus travailler en raison de l’âge, il venait  toujours au Club. Il est mort le vendredi 11 octobre et ses amis musulmans ont dit que c’est un bon jour, vendredi. Mais pour rejoindre son Dieu, BABA n’a ni   mauvais, ni bon jour .Tous les jours sont bons parce qu’il ne pouvait pas faire de péché. Je présente mes condoléances à sa femme, à ses enfants et à l’ensemble de sa famille. Je présente mes condoléances à l’ensemble des membres du Club du Jeu de Dames de CACHI. Au revoir, BABA, au revoir !

    Depuis la Conférence de février 1990, notre pays est entré dans l’ère du renouveau démocratique. La Constitution  de notre pays a formellement interdit  l’emprisonnement des citoyens  Béninois pour délit d’opinion. Mais dès sa prise de pouvoir Talon  a fait enfermer Laurent METONGNON et ses co-accusés pour leur opinion politique. Depuis plusieurs mois, Talon pourchasse et fait emprisonner  des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois pour leur opinion, des jeunes qui expriment leur opposition à la politique désastreuse de Talon. Laurent METONGNON et ses co-accusés et tous les jeunes emprisonnés par Talon sont des prisonniers politiques. Talon a fait emprisonner des enseignants  pour leur opposition à l’évaluation-licenciement.  Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. Talon a suspendu le salaire de centaines d’enseignants au motif qu’ils ont observé le boycott de son évaluation-licenciement. Talon doit lever la suspension du salaire des enseignants qui ont observé le boycott de son évaluation criminelle. La gouvernance désastreuse de Talon a forcé plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées  au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog : http://benin-temoignages.hautetfort.com

     

        

     

     

  • 172-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 06/10/19

     

    Je retiens que les Ministres chargés de l’enseignement ont continué leur sale besogne au cours de cette semaine, la troisième semaine après leur rentrée fictive. Ils ont opéré des affectations dans un désordre total qui fait penser à l’incompétence et au sabotage de l’école. Mathurine SOSSOUKPE a dénoncé en termes extrêmement clairs la calamité qui frappe l’école et notre pays. Dans un établissement où le besoin en personnels est de vingt enseignants, le Ministre KAKPO Mahougnon envoie près de quatre-vingt enseignants. Les Ministres affectent les enseignants sans savoir d’où on les envoie et pour quelle destination. Parmi les Béninois appelés aspirants au métier d’enseignant, les Ministres en charge de l’enseignement ont préféré les moins qualifiés du point de vue professionnel, c’est-à-dire les moins aptes à donner satisfaction aux besoins de l’école. Tout le monde n’a qu’une chanson à la bouche : « Quand Talon dit qu’il va tuer, il tue vraiment, il tue réellement et sans pitié. » Talon vient de faire couper le salaire à des centaines d’enseignants parmi ceux qui ont observé le boycott, le boycott de son évaluation bidon. Donc Talon vient d’ordonner ainsi l’assassinat de plusieurs milliers de nos concitoyens au motif qu’ils ont observé le mot d’ordre de boycott de son évaluation- licenciement. Il y a un grand désordre à l’école et une destruction massive de vies de nos concitoyens et nul ne sait quels objectifs Talon veut atteindre, lui et ses soutiens que sont Bruno Amoussou, Adrien Houngbedji, Mathurin C.Nago, Kolaolé Idji et tous les autres que nous connaissons. Depuis les morts dus aux déguerpissements et aux fermetures des sociétés d’état jusqu’au licenciements des enseignants en passant bien entendu par les morts dus aux élections législatives, bref, Talon, c’est la mort. Les enseignants soumis à cet assassinat de masse ne peuvent pas et ne doivent pas rester comme les autres travailleurs dont on a fermé les sociétés. Les enseignants licenciés doivent se considérer comme des soldats au front qui doivent se battre contre la mort que l’ennemi Talon veut leur imposer. Les enseignants à qui Talon vient de couper le salaire doivent se doter de leur organisation avec des représentants au niveau des arrondissements, des communes et des départements. Les enseignants à qui Talon vient de couper le salaire doivent nous dire qui sont leurs responsables au niveau national et ils ne peuvent pas, ils ne doivent pas laisser Talon tranquille. Ils doivent soumette Talon à de véritables assauts jusqu’à la victoire finale. Je suis sûr qu’ils savent mieux que moi comment mener le combat pour la vie contre la mort que veut leur imposer Talon. Quant aux autres enseignants, je suis sûr qu’ils ne vont pas penser que ce combat des enseignants licenciés ne les concerne pas. Chers amis enseignants de toutes catégories et de tous les niveaux, le combat pour la vie des enseignants licenciés est aussi votre combat. Je suis sûr que chacun d’entre vous se prépare à y prendre part de la manière qui lui conviendra le mieux pour la victoire. Quant à vous, autres travailleurs de toutes les autres couches socio-professionnelles, ce combat est aussi le vôtre. Vous y prendrez certainement part d’une façon ou d’une autre et avec vous c’est tout le peuple béninois qui triomphera de Talon. En avant pour le combat pour la vie, en avant pour le combat contre Talon.
    Je retiens que pendant plusieurs jours des rumeurs de toutes sortes sur l’état de santé de Talon ont circulé dans le pays. Puis, le Président lui-même sort de son coin et considère qu’il a gagné sur ses ennemis. Nous avons même l’impression que Talon et son groupe font circuler ces rumeurs exprès. C’est là naturellement une façon totalement archaïque de gouverner. Talon gouverne selon le principe du jeu ‘’ Jacques où es-tu me voici’’ ce qui est totalement irresponsable. Le peuple qui l’a élu a le droit de savoir à chaque instant où se trouve celui qu’il s’est donné comme Président et ce n’est pas s’il veut qu’il informe sur son état, c’est obligatoire et s’il ne le fait pas il manque à l’un de ses devoirs de Président de la République. Si lui, il n’est pas intéressé par notre état de santé, s’il n’est pas préoccupé par notre bien-être, nous autres, nous voulons savoir comment il se porte et c’est notre droit il faut que lui et les siens le sachent.
    Depuis le 25 septembre 2019, un Comité d’Action pour la Réhabilitation du Centre de Santé a publié un appel à la reconstruction du centre de santé de HASSOUCOME, un centre de santé qui a fermé ses portes depuis quelques années. J’espère que ceux qui gèrent la ville, savent que c’est un manque pour les populations qui sont en droit d’exiger la réhabilitation de ce centre de santé. Nous continuerons à nous informer sur ce qui se fait dans ce sens.
    Avec la Conférence de février 1990, notre pays a adopté une Constitution qui a interdit formellement les emprisonnements politiques. Mais dès sa prise de pouvoir Talon a jeté en prison Laurent METONGNON et ses co-accusés pour leur opinion politique. Laurent METONGNON et ses co-accusés sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Depuis plusieurs mois, Talon fait emprisonner des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois qui expriment leur opposition à sa politique désastreuse. Tous ces jeunes sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon a fait emprisonner des enseignants pour leur opposition à son évaluation-licenciement. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement. Talon a suspendu le salaire de centaines d’enseignants au motif qu’ils ont observé le boycott de son évaluation-licenciement. Talon doit lever la suspension du salaire des enseignants qui ont observé le boycott de on évaluation criminelle. La gouvernance désastreuse de Talon a contraint plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog : Mon blog :

  • 171-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 29 /09/19

     
     


    Je retiens que les populations africaines et même les populations mondiales ont perdu un homme de grande valeur : Il s’agit du docteur Dieudonné MANENGA assassiné le 16 septembre 2019 à Uvira en RD Congo. ARTEMISIA vous connaissez ou vous ne connaissez pas. ARTEMISIA c’est une plante que l’on retrouve en Afrique (Artemisia afra) et en Asie (Artemisia annua ) et qui s’est révélée être presque une plante miraculeuse dans le traitement du paludisme. Naturellement cela ne pouvait pas plaire aux grandes firmes pharmaceutiques et chacun comprend aisément pourquoi.Pour ces vautours, la maladie doit rapporter de l'argent, beaucoup d'argent. L’OMS qui est un instrument aux mains des puissances occidentales, et qui donc est surtout aux mains des grandes firmes pharmaceutiques a fait pendant des années la résistance en exerçant la pression sur les structures sanitaires pour que celles-ci rejettent l’utilisation de l’artémisia. Mais plusieurs personnes comme le docteur MANENGA ont continué la lutte pour imposer l’artémisia et pour enseigner aux populations l’utilisation de cette plante pour soigner le paludisme à des frais supportables aux populations les plus démunies en Afrique et dans le monde. Les excellents résultats obtenus ont convaincu beaucoup d’autres personnes à faire confiance à l’artémisia. Ce succès de l’artémisia a amené un groupe de médecins à souhaiter la légalisation de la plante dans le traitement du paludisme. Face à ces succès, l’OMS a décidé d’entrer en discussion avec les partisans de l’artémisia afra. Le 16 septembre 2019 le Docteur MANENGA a été assassiné devant sa femme et ses enfants mais l’artémisia ne va plus disparaître de notre vie. Que ce soient les puissances pharmaceutiques qui aient commandité ou pas son assassinat, nous continuerons à utiliser l’artémisia pour soigner notre paludisme et nous n’oublierons jamais le docteur MANENGA. Je présente à sa femme, à ses enfants et à toute sa famille mes sincères condoléances. Ils trouveront tous dans le succès de l’artémisia la victoire de la lutte du Docteur MANENGA dans son combat pour permette aux populations pauvres du monde de pouvoir se soigner au moindre coût du paludisme. Docteur MANENGA, merci à vous et merci aux autres qui continuent le combat qui fut le tien. Moi je prends l’artémisia à Porto-Novo à la COOP. Il est vrai que c'est encore un peu cher et qu'il faut tout faire pour que l'artémisia prenne possession des maisons, de toues les maisons.
    Je retiens que Jacques Chirac est décédé le 26 septembre 2019.Je présente à sa femme, à ses enfants et à l’ensemble de sa famille mes condoléances. Je dois ajouter que Jacques Chirac est un homme politique français qui a franchi toutes les marches de l’échelle politique dans son pays et qui s’est retrouvé à la tête de l’Etat français. Jacques Chirac fait donc partie des hommes qui ont rendu notre vie misérable et invivable. Jacques Chirac fait partie du groupe de gangsters à la tête de l’Etat français, des gangsters qui vont voler au moyen des armes les richesses de certaines nations, richesses qu’ils viennent ensuite distribuer aux populations françaises. Chaque année ce pays extorque à certains pays africains dont le Bénin, plus de cinq cents milliards de dollars (500 milliards) et ces produits de rapine sont utilisés pour assurer le développement de la France qui vit ainsi largement au-dessus de ses moyens. Depuis plus de soixante ans, les pays africains financent le développement de la France. Et, naturellement, ces pays africains soumis au brigandage et au vol de la France ne peuvent pas se développer et leurs habitants vivent dans la misère, la pauvreté et l’ignorance. Cette politique de la France est la cause principale des milliers de morts en Méditerranée. Chaque citoyen français est un produit de cette politique inhumaine et criminelle du gouvernement français.
    .
    Je retiens que le Conseil des ministres s’est réuni comme d’habitude le mercredi 25 septembre 2019.Parmi les nombreuses décisions prises il y en a une qui concerne les enseignants. Depuis le 16 septembre 2019, les ministres et les médias d’état disent que la rentrée a commencé. Mais partout où nous pouvons promener notre regard, cette rentrée scolaire est introuvable. Elle est inexistante partout parce que partout il manque des salles de classes. Elle est inexistante partout parce que partout il manque des enseignants dans les classes. Elle est inexistante partout parce que c’est maintenant que le gouvernement lui-même prépare ladite rentrée. En effet, c’est maintenant que le gouvernement lui-même procède à la «Mise en place d'un Programme spécial de Pré-insertion dans l'enseignement » (cf. compte rendu Des travaux du Conseil des Ministres du mercredi 25 septembre 2019).Ensuite nous apprenons que l’administration scolaire exerce une torture sur les enseignants ayant observé le boycott de l’évaluation-licenciement de Talon. Le boycott de l’évaluation de Talon n’est pas un acte administratif et donc les inspecteurs qui soumettent les enseignants à une demande d’explication sont des tortionnaires qui n’ont pas leur place dans l’enseignement. Il faut que ces inspecteurs arrêtent de torturer les enseignants de notre pays.
    Je retiens que toute cette semaine, les radios et autres médias ont parlé longuement du certificat de conformité et du récépissé définitif remis aux nouveaux dirigeants du parti FCBE avec publication au journal officiel. Tout le monde crie mais personne ne dit que c’est une veille méthode que les partis au pouvoir utilisent abondamment. Bien sûr qu’ici cela paraît trop gros. Ce que les gens ont appelé transhumance, ce n’est pas ça par hasard ? Avant on débauchait des individus qui s’en allaient du parti et le parti continuait à vivre.. Maintenant débaucher les individus ne suffit plus. On avale le parti tout entier avec quelques individus et on laisse les autres parler et crier à la fraude et à la tricherie. Tout le monde devrait s’attendre à une telle évolution au niveau des FCBE. Que chacun se rappelle tous ces nombreux députés FCBE de la septième législature qui avaient abandonné Yayi Boni, et étaient allés vers Talon. Si ces transhumants avaient volé le parti au moment où ils étaient allés vers Talon, on ne serait plus en train de parler de FCBE aujourd’hui. Alors il faut finir avec ça. Maintenant c’est fait. Mais que chacun reste calme.Si c’est toujours Talon et les siens qui vont continuer à définir les règles du jeu politique dans notre pays, ces chiffons de papier appelés certificat de conformité ou récépissé ne serviront à rien aux faux dirigeants actuels de FCBE.
    Depuis 1990, notre pays notre pays n’admet plus de prisonniers politiques et Notre Constitution a formellement interdit l’emprisonnement pour des délits d’opinion. Mais aujourd’hui, Laurent METONGNON et ses coaccusés sont en prison pour leur opinion politique. Laurent METONGNON et ses co-accusés sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Depuis plusieurs mois, Talon fait emprisonner des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois qui expriment leur opposition à sa politique désastreuse. Tous ces jeunes sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon a fait emprisonner des enseignants pour leur opposition à son évaluation-licenciement. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. La gouvernance désastreuse de Talon a contraint plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog 

  • 170-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 22 /09/19

    170-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 22 /09/19 Je retiens que le pays a effectué la rentrée scolaire le 16 septembre 2019.Le gouvernement a-t-il préparé la rentrée des classes ? Non ! Par exemple, c’est le dimanche 15 septembre 2019 que la police est allée chasser les sinistrés du déguerpissement de XWLACODJI, des sinistrés qui se sont réfugies dans une école et s’y sont logés depuis des mois. On aurait pu faire ce ménage bien avant la rentrée ! Par exemple, c’est le vendredi 13 septembre !! oui vendredi 13 septembre 2019 que le Ministre Mahougnon KAKPO a signé le document déchargeant certains responsables administratifs et pédagogiques des établissements d’enseignement secondaire pour insuffisance de résultats aux examens passés. Le document a été signé le vendredi 13 pour le lundi 16 ! Avouons que c’est un peu étriqué !!Ainsi, si des élèves ont de mauvaises notes en physique ou en mathématique, il faut sanctionner le directeur qui peut être par exemple professeur d’anglais. C’est là une méthode archaïque de gestion de l’école. Par ailleurs les Ministres responsables de l’école savent que des salles de classes ont été décoiffées dans certaines écoles. Pendant toutes les vacances, ces ministres n’ont pas trouvé le temps de faire réparer ces toitures.Conclusion générale: Ils n’ont pas préparé la rentrée. Les responsables de l’école savent qu’il manque de personnels enseignants dans nos écoles, dans nos collèges. Pendant des mois, ces responsables ont fait comme s’il n’y avait aucun problème à l’école, ils on couru après les reversés de 2008.Un responsable départemental du secondaire a déclaré que dans son département plus de huit mille heures n’ont pas été attribuées au premier cycle des collèges et plus de cinq mille heures n’ont pas été attribuées au second cycle. Au Primaire il y a des classes de plus de quatre-vingt-dix élèves, des classes de plus de cent élèves et des groupes n’ont pas leur pas leur personnels au complet. Les ministres de Talon montrent une incapacité notoire à faire face aux problèmes de l’école. Les ministres de Talon n’ont pas préparé la rentrée scolaire 2019-20120.Il faut que les Ministres sachent qu’ils doivent préparer la rentrée scolaire chaque année. Sans cela ils ne risquent pas de comprendre eux-mêmes pourquoi ils ont des salaires de plusieurs millions de francs par mois. Je retiens que depuis quelques semaines, certaines personnes demandent de leur dire qui va gouverner le pays si nous faisons partir Talon. Depuis l’avènement du renouveau démocratique, la pensée unique qui a gouverné le pays consistait à aller chercher un homme pour remplacer un autre homme. Lorsque Soglo a montré ses limites et surtout lorsque sa gouvernance a montré son arrogance insupportable pour une grande partie de notre peuple, certains hommes politiques sont allés chercher Mathieu Kérékou. Lorsque Kérékou a fini ses dix ans et surtout lorsqu’il a reculé face au rejet par le peuple de la révision de la Constitution, certains hommes politiques sont allés chercher Boni Yayi. Yayi finit ses dix ans, échoue à plusieurs reprises dans ses tentatives de réviser la constitution. Puis pour nous imposer son slogan « après nous c’est nous » il nous propose Lionel Zinsou. Tout le monde sait que Talon a été élu par défaut, Talon n’était pas un candidat crédible mais face au tandem Boni Yayi –Lionel Zinsou, Talon devient imbattable, le peuple ayant décidé de tourner la page Yayi. Aujourd’hui on cherche celui par qui nous allons remplacer Talon. Ce sont les hommes politiques de droite et de l’extrême droite qui diffusent ces idées saugrenues. Ils sont incapables de comprendre que la gestion de la cité est une question d’idée. Ils sont incapables de comprendre qu’il faut lutter pour faire venir au pouvoir des idées. Par exemple ils sont incapables de comprendre qu’un pays qui ne mange pas ce qu’il produit et qui ne produit pas ce qu’il mange est un pays dont la population va végéter dans la misère et la pauvreté. Ce qui est proprement notre cas. Nous créons des milliers d’emplois chez les autres en consommant ce qu’ils produisent et nous nous plaignons du chômage de nos jeunes. Il ne s’agit donc pas d’aller à la recherche d’un homme. Il s’agit d’aller à la recherche des idées. Les Forces de Gauche sont allées chercher les idées qu’il faut pour le développement de notre pays. C’est le programme du 12 septembre 2019 rendu public par le Premier Secrétaire du PCB, Président de la Convention Patriotique des Forces de Gauche. Ces idées couvrent tous les secteurs de l’activité nationale. Chaque citoyen doit lire le programme ainsi publié et le comprendre. Le peuple du Bénin lance constamment un appel à se faire gouverner par les idées des Forces de Gauche mais les forces rétrogrades de la droite usurpent constamment le pouvoir qu’elles utilisent à leur seul profit, au profit d’une minorité arrogante et apatride. Depuis 1990, notre pays et entré dans l’ère du renouveau démocratique. Notre Constitution a formellement interdit l’emprisonnement pour des délits d’opinion. Mais dès sa prise de pouvoir Talon a fait enfermer Laurent METONGNON et ses coaccusés pour leur opinion politique. Laurent METONGNON et ses co-accusés sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Depuis plusieurs mois, Talon pourchasse et fait emprisonner des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois qui expriment leur opposition à sa politique désastreuse. Tous ces jeunes sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon a fait emprisonner des enseignants pour leur opposition à l’évaluation-licenciement. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. La gouvernance désastreuse de Talon a contraint plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog :

  • 169-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 15 /09/19

     

     

    Je retiens que  la session de rattrapage de l’évaluation-licenciement s’est déroulée le 7 septembre. Les enseignants ont subi d’énormes pressions de toutes sortes venant de toutes parts. Pressions exercées par le pouvoir directement par les Ministres du gouvernement, pressions exercées par le pouvoir par l’intermédiaire des médias d’Etat que sont la télévision et la radio, pressions exercées par le pouvoir par l’intermédiaire des six centrales syndicales alliées du pouvoir, pressions exercées par les parents et les personnes alliées, pressions exercées par les collègues qui répercutent à l’envi les menaces du gouvernement, pressions exercées par l’ambiance générale de misère qui prévaut dans tout le pays. Et malgré tout cela, il s’est trouvé des Enseignants  pour exécuter sans faille le mot d’ordre du boycott et ils l’ont fait. Pour cette raison, je tresse  pour eux la grande couronne des invincibles, invincibles qui sont à l’image du peuple dans le combat pour son émancipation !      

       Je retiens  que Talon a rendu publique la formation de son quatrième gouvernement. Lorsque Talon a pris les commandes de notre pays, il a dit qu’il allait  lutter contre  le train de vie de l’état trop élevé à son goût.  Il forme son premier  gouvernement de 21 (vingt-et-un) Ministres. Puis au gouvernement suivant, il fabrique un cabinet de 22 (vingt-deux) Ministres. Au quatrième gouvernement, le dernier en date,   il fabrique un cabinet de 24 (vingt-quatre) Ministres. Pour Talon, la lutte contre le train de vie de l’Etat est terminée. Il faut rappeler qu’en fait Talon n’a jamais lutté contre le train de vie de l’Etat. Personne ne connaît ce que gagnent les ministres de Talon. Certains sont des ministres  tchivi (ministres de bas niveau), d’autres sont des ministres tchigan (ministres  de haut vol) Personne n’a la poindre  idée de ce que lui-même gagne. Dans ces conditions il ne saurait être question de lutte contre le train de vie de l’Etat. En  septembre 2017 pour des raisons inconnues de nous, Talon a expulsé de son  gouvernement Hervé Hêhomey. Comme Talon n’a pas donné les raisons de son limogeage, il y a eu beaucoup d’hypothèses, les unes aussi farfelues que les autres. Dans ma chronique n°66 du 24 Septembre 2017, j’ai mis de côté toutes les hypothèses qui auraient été à la base de son limogeage et j’ai conclu ma chronique par ces phrases :  « On parle même de malversation,(comme raison de sa sortie du gouvernement) comme si les ministres de la plupart des gouvernements que nous avons connus pouvaient faire autre chose que des malversations. Aucune de ces hypothèses n’emporte mon assentiment. Je pense profondément que le limogeage de HEHOMEY ne concerne pas HEHOMEY, ce n’est pas lui qui est concerné. Ce que le limogeage de HEHOMEY révèle, c’est que, du point de vue du Président TALON, HEHOMEY a commis une faute lourde qui mérite une correction. Le Président Talon a administré la correction qu’il estime être appropriée pour servir d’exemple aux autres. Lorsqu’un enfant commet une faute et que le papa décide de le corriger pour éduquer les autres enfants, il l’attrape par les deux mains et le chicote vigoureusement par les pieds puis il le relâche. L’enfant court se cacher et pleure un bon coup. Lorsqu’il finit de pleurer, le papa lui dit : va regarder sur la table, il y a de quoi manger, après on va sortir ! TALON ne peut pas de lui-même grossir les rangs de AJAVON avec ses éléments de confiance. HEHOMEY et TALON ne peuvent pas se séparer. Donc trêve de supputations » Voilà donc ce que  j’écrivais le 24 septembre 2017.  Bien sûr que Talon  ne  peut  pas se séparer de Hêhomey,  mais le fait que Talon  ramène Hêhomey  au même poste  au sein de son gouvernement  décrédibilise Talon. Il est vrai qu’il a perdu tout crédit  depuis bien longtemps aux yeux du peuple béninois. 

       Je retiens que le mercredi 11 septembre 2019, le Conseil des Ministres a tenu sa séance hebdomadaire. Je n’ai pas l’habitude de m’intéresser aux sessions du Conseil des Ministres. Mais celui du 11 septembre 2019 mérite  que nous nous arrêtions une seconde pour dire un mot sur  ce que ce Conseil des Ministres a publié :dans son compte rendu du Conseil des Ministres, il y a  la rubrique intitulée ‘’Compte rendu des travaux de vérification de la régularité des opérations de reversement dans la Fonction publique des agents occasionnels et autres en agents contractuels de l’Etat’’   Dans cette rubrique, les Ministres ont passé en revue  les résultats de l’enquête diligentée au niveau de l’administration pour vérifier la régularité des opérations de reversement. Après analyse des irrégularités constatées le Conseil des Ministres a décidé  de ce qui suit :   

     

    « Mais considérant que les irrégularités constatées sont généralement imputables à divers responsables politiques et administratifs, et que les agents concernés sont en situation d’emploi depuis plus d’une dizaine d’années déjà, le Conseil a décidé, nonobstant ces constats, et pour des raisons d’ordre social, de les maintenir en service. Cette mesure ne concerne pas les détenteurs de faux diplômes. » Cette décision du Conseil des Ministres   est une bonne décision. Mais je ne sais pas si elle cache quelque chose et surtout  je ne sais pas ce qu’elle cache. Si Talon savait que la situation  se présentait  comme telle, s’il savait  que telle allait être  sa décision pour l’ensemble des reversés y compris les enseignants reversés de 2008, pourquoi a-t-il soumis ces derniers à tant de torture ? Pourquoi Talon ne se donne-il pas le temps de nous expliquer ce qu’il fait et pourquoi il le fait ? Que gagne-t-il à  créer l’invivable  stress au sein des familles dans notre pays ? Cette décision du Conseil des Ministres  appelle la libération immédiate de tous les enseignants emprisonnés pour fait de boycott de l’évaluation-licenciement du 24 août 2019.

     

    Je retiens que  le 12 septembre, la Convention Patriotique des Forces de Gauche  par la voix de son Président Philippe NOUDJENOUME, Premier Secrétaire du Parti Communiste du Bénin a tenu un point de presse au cours duquel  a été rendu public le Programme de gouvernement des Forces de Gauche et toutes les forces de progrès afin que ces dernières  se rassemblent autour des idées de combat. Les forces de Gauche estiment que  le peule ne peut plus se contenter de résister mais qu’il doit s’engager sur la voie de l’offensive. Chaque Béninois, chaque organisation sociale, chaque structure sociale, chaque organisation politique  doit étudier et comprendre  le programme  du 12 septembre2019. Nous devons étudier les conditions de mise en œuvre de ce programme et l’expliquer partout où vivent des Béninois qui souffrent, se battent pour la vie et rejettent la gouvernance mafieuse et criminelle de Talon.

     Depuis la Conférence de février 1990, notre pays et entré dans l’ère du renouveau démocratique. La Constitution  de notre pays a formellement interdit  l’emprisonnement des citoyens  Béninois pour leur opinion politique. Dès sa prise de pouvoir Talon  a fait enfermer Laurent METONGNON et ses coaccusés pour leur opinion politique. Depuis plusieurs mois, Talon pourchasse et fait emprisonner  des dizaines et des dizaines de jeunes Béninois pour leur opinion, des jeunes qui expriment leur opposition à la politique désastreuse de Talon. Laurent METONGNON et ses co-accusés et tous les jeunes emprisonnés par Talon sont des prisonniers politiques. Talon a fait emprisonner des enseignants  pour leur opposition à l’évaluation-licenciement.  Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. La gouvernance désastreuse de Talon a forcé plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. Talon doit remettre sans chantage les corps de toutes les victimes aux familles éplorées  au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog : http://benin-temoignages.hautetfort.com

     

  • 168-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 8 /09/19

     

     

    Je retiens que la réforme bidon du système partisan a commencé à nous présenter ses grandes qualités. En effet Monsieur Félix DANSOU DOSSA a démissionné du Parti Union Progressiste pour le Parti Républicain. Ne vous étonnez pas !Il n’ y a que des personnes comme Bruno AMOUSSOU et tous ceux que vous connaissez là qui pensent qu’un parti se construit par la juxtaposition de groupes sans idéologie et sans discipline organisationnelle, il n’ y a que ces gens qui pensent que ce qu’ils ont mis en place là va servir à quelque chose.Je reviendrai plus tard sur cette question.

    Je retiens que la réforme universitaire a conduit à l’interdiction de plus de cent universités privées dans le pays. Les professeurs dans la fonction publique ont en gros huit heures obligatoires de service par semaine si mes informations sont bonnes. Pourquoi ne peut-on pas les autoriser à utiliser certaines de leurs heures dans des universités privées ? Talon et les siens ont interdit CERCO qui est installé dans d’autres pays où il n’est pas interdit. Talon et les siens c’est la culture de l’ignorance, c’est le développement de l’ignorance. C’est la même chose qu’il pense faire au Secondaire et au primaire avec son projet criminel de fermeture d’écoles et de Collèges.Talon, c'est une marche à pas forcés vers l'obscurité .
    Je retiens que Robert MUGABE est décédé le 05 septembre 2019 à Singapour où il était hospitalisé depuis quelques semaines. Robert MUGABE avait quatre-vingt-quinze (95) ans. Toute la vie de Robert MUGABE est une vie de combat pour l’émancipation du ZIMBABWE. Il était dirigeant de la Zimbabwe African National Union (ZANU) qui a conduit une rébellion armée contre le pouvoir fantoche d’IAN SMITH. Toutes les puissances du monde occidental ont soutenu IAN SMITH contre les combattants du ZIMBABWE. Mais la rébellion armée a été la plus forte et la plus puissante. Les forces occidentales ne pouvaient pas soumettre la rébellion. Elles ont été contraintes d' accepter des négociations qui ont conduit à l’accord de Londres de décembre 1979. En février 1980, la Zimbabwe African National Union (ZANU)remporte les élections générales sous contrôle britannique et Robert MUGABE devient Premier Ministre le 18 avril 1980 à la tête d’un gouvernement d’union nationale avec la Zimbabwe African People's Union (ZAPU) et les indépendants. En 1988, la ZANU et la ZAPU fusionnèrent dans la (ZANU-PF). ZANU-Front patriotique .C’est avec ce parti qu’il gardera le pouvoir jusqu’en 2017 où les militaires l’écartent du pouvoir. MUGABE restera pour nous un des grands modèles que nous a offerts l’histoire récente de l’Afrique. La conduite victorieuse de la lutte armée, le combat victorieux contre les manœuvres criminelles des puissances occidentales inspirent le respect et l’admiration. C’est avec raison qu’il vient d’être déclaré HEROS NATIONAL.Je présente à son épouse, à ses enfants, à l’ensemble de sa famille ainsi qu’au peuple du ZIMBABWE mes sincères condoléances. Il viendra le jour où la jeunesse de notre pays comprendra l’essentiel des enseignements que nous a laissés l’invincible peuple du ZIMBABWE. MUGABE! nous ne t’oublierons jamais!
    Je retiens que Talon a procédé à un remaniement ministériel. Il y a eu ceux qui restent en place, il y a eu des sorties, il y a eu des entrées. On retrouve Hervé HEHOMEY, celui que Talon a sorti du gouvernement avec beaucoup de bruit à l’époque. Il manque toujours aux gouvernants ce petit quelque chose qui tient du bon sens. Cela leur manque si bien que les repas qu’ils préparent au peuple sont toujours indigestes. Ils ne savent pas qu’un seul homme peut rendre crédible un gouvernement. Ils ne savent pas qu’un seul homme peut décrédibiliser tout un gouvernement. En principe le remaniement ministériel doit avoir comme objectif de régler un problème. Comme Talon n’avait aucun problème, son remaniement n’a aucun objectif. Le peuple ne s’intéressait plus à lui et n’attendait plus rien de lui. C’est un grand désastre pour un dirigeant si le peuple qu’il gouverne a fini par se lasser de lui. Il y a très longtemps que le peuple béninois s’est lassé de Talon. S’il veut remanier, libre à lui, libre à lui aussi s’il ne veut pas remanier. C’est la position du peuple béninois et c’est ma position.

    La conférence nationale de février nous a permis d’instaurer chez nous une nouvelle ère. Cette ère, c’est le Renouveau Démocratique avec comme socle la Constitution du 11 décembre 1990. Avec cette Constitution notre pays n’accepte plus de prisonniers politiques. Or Talon a emprisonné Laurent METONGNON et ses coaccusés pour leurs opinions politiques. Laurent METONGNON et ses coaccusés sont des prisonniers politiques. Tous les jours Talon jette en prison des jeunes Béninois qui expriment leur désaveu face à sa gouvernance mafieuse et cruelle pour les populations de notre pays. Même avec l’évaluation-licenciement, Talon a fait emprisonner des enseignants. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. La gouvernance désastreuse de Talon a forcé plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés d rentrer au pays. Talon doit remettre les corps de toutes les victimes aux familles éplorées au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog :

  • 167-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 1er /09/19

     

    167-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 1er /09/19

        Je retiens que l’évaluation –licenciement s’est déroulé le 24 août 2019. Comme nous l’avons  écrit, le pouvoir de Talon a déployé d’énormes moyens pour contraindre les enseignants à se faire hara kiri et  autoriser Talon à les licencier sans droit et sans les rappels auxquels ils ont droit. Mais les pressions de toutes sortes  n’ont pas eu raison des enseignants. Sur les  vingt mille, moins de huit mille enseignants sont allés composer soit moins de 40%. Talon fait publier partout que 75% des enseignants  ont répondu présents à son appel, ce qui est un gros mensonge. Les procès-verbaux  dressés ont indiqué que Talon et les siens  ont paniqué face à l’opiniâtreté et au courage des enseignants. Aujourd’hui Talon parle d’une session de rattrapage pour tous ceux qui n’ont pas composé le 24 août. Talon a échoué et il veut recommencer, il veut   amener les enseignants hésitants à lui donner l’arme dont il veut se servir pour les exécuter. Le Conseil Sectoriel du Dialogue Social (CSDS), une structure mise en place par le pouvoir, a recommandé de surseoir à toute évaluation jusqu’aux vacances prochaines. C’est le CSDS au niveau de l’Enseignement Secondaire qui a fait cette suggestion à Talon qui   va certainement  persister comme d’habitude dans l’erreur. Les enseignants doivent lui administrer la leçon comme il se doit. En participant à  l’évaluation- licenciement, les enseignants   donnent eux-mêmes à Talon le couteau dont il a besoin  pour les égorger. En boycottant   l’évaluation -licenciement, les enseignants se battent pour défendre leurs droits imprescriptibles, ils se battent pour  défendre l’école  et notre peuple dans son combat  pour son émancipation. Les enseignants doivent poursuivre leur combat, notre combat, ils doivent poursuivre le combat du peuple béninois.

       Je retiens que le monde des Arts a perdu un des leurs en la personne de Koffi GAHOU. Koffi  GAHOU appartient à cette génération d’Artistes de talent  dont le Lycée Béhanzin  a été le berceau. En effet, Koffi GAHOU a appartenu au célèbre groupe théâtral  des ‘’ CERVEAUX NOIRS’’.Les  CERVEAUX NOIRS  nous ont donné beaucoup de plaisir par leurs multiples créations. Les CERVEAUX NOIRS  nous ont fait vivre des moments inoubliables avec l’une de leurs créations phares, KONDO LE REQUIN de Jean PLIYA. Koffi GAHOU  a été membre de la troupe théâtrale ‘’ ZAMA HARA’’ une troupe qui au sein de laquelle ont évolué  de très grands Artistes tels que Lazare HOUETIN,    Guillaume ADJAHO et AKALA Akambi pour ne citer que ceux là. Koffi GAHOU  est considéré à juste titre comme une icône du théâtre béninois. Koffi GAHOU s’est éteint le 24 août 2019 à 72 ans. Koffi GAHOU a été un grand artiste qui a donné beaucoup à notre peuple, qui a respiré ce que respirait le peuple, un artiste qui était intimement lié au  combat émancipateur du peuple béninois. Je présente  mes vives condoléances à sa compagne, à ses enfants, à l’ensemble de sa famille ainsi qu’à ses amis. Au revoir, Koffi GAHOU, au revoir !

      Je retiens  que Talon a mis 150 soldats à la disposition de son partenaire sud-africain  pour  assurer la sécurité  au Parc de la PENDJARI, la sécurité des touristes. Il a fallu  la mort de notre compatriote  Fiacre Gbédji et l’enlèvement de deux touristes français pour que Talon et son gouvernement comprennent ce qu’a dit entre autres  Patrice TREKPO  depuis plus de trois ans. Mais pour avoir averti le pouvoir de son pays des dangers qui menaçaient le Parc de la PENDJARI, Patrice TREKPO a été radié. On aurait pu peut-être éviter la mort de notre compatriote Fiacre GBEDJI si on avait écouté Patrice TREKPO. Et maintenant, que faire ? Un grand homme, c’est celui qui, courageusement, reconnaît qu’il s’est trompé et qui répare en conséquence  le tort qu’il a fait à autrui. Un grand homme, ce n’est pas celui qui persiste dans l’erreur et   continue de persécuter autrui. Je souhaite ardemment que le Président de mon pays soit un grand homme !   

      Je retiens que le Nigéria a fermé ses frontières  terrestres et maritimes  avec les pays avec lesquels il a des frontières. De temps en temps, ces événements viennent  ponctuer notre vie économique,   sociale et politique. Les Béninois  ont toujours fait  avec. On parle d’exercices militaires, on parle de lutte contre la contrebande. Ce sont des actes de turpitudes du voisinage. Aucun exercice militaire n’exige l’arrêt des échanges commerciaux et aucune lutte contre la contrebande ne prescrit  la fermeture des frontières. Ces  décisions sont toujours la preuve que nos pays sont  sous-équipés pour opérer les contrôles nécessaires aux frontières. Le Nigéria est notre voisin. Chacun sait qu’on ne choisit pas ses voisins, et je ne suis pas sûr que si le Bénin devait choisir un voisin, je ne suis pas sûr disais-je,  qu’il aurait choisi le Nigéria. Mais, maintenant, nous sommes voisins et nous avons besoin du Nigéria tout comme le Nigéria a besoin de nous. Il y a des orientations de la politique du Nigéria qui auraient pu valablement nous inspirer en raison de l’impact positif que ces orientations peuvent avoir sur la vie des populations de notre pays. Nous-mêmes,  nous devons essayer  de contrôler nos actes afin que le voisin ne pense pas que nous sabotons ses projets de développement. Nous ne pouvons pas fonder notre politique sur une fausse consommation de la production de pays étrangers. Importer et réexporter ce n’est pas là une politique de développement c’est une politique de tricheurs ! Mais attention ! Il y a  aussi des tricheurs    au Nigéria !

    Avec Talon nous n’avons plus de Constitution. Il  a déchiré celle du 11 décembre 1990 ! Talon et son clan gouvernent le pays sans   Constitution et sans loi. C’est pour cette raison qu’ils ont emprisonné Laurent METONGNON et ses co-accusés au mépris des prescriptions de notre Loi Fondamentale et de toutes nos lois. Tous les jours Talon jette en prison des jeunes Béninois qui expriment leur désaveu face à sa gouvernance mafieuse. Même avec l’évaluation-licenciement, Talon a fait emprisonner des enseignants. Laurent METONGNON  et ses co-accusés sont des prisonniers politiques. Les jeunes jetés en prison par Talon sont des prisonniers politiques. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés. Talon doit libérer les jeunes qu’il a jetés en prison. Talon doit libérer les enseignants qu’il a fait emprisonner  au motif qu’ils organisent le boycott de son évaluation-licenciement criminel. La gouvernance  désastreuse de Talon a forcé plusieurs de nos compatriotes à prendre le chemin de l’exil. Talon doit prendre un  décret d’amnistie générale pour permettre que tous les exilés rentrent au pays. Talon doit remettre les corps de toutes les victimes aux familles éplorées au cours de la crise post électorale. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple travailleur. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste : tel : 62628837. Mon blog : http://benin-temoignages.hautetfort.com