Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

144-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 24/3/19

144-Qu’est-ce que je retiens pour ce weekend ? 24/3/19
Je retiens que le Président de l’Assemblée est chargé de conduire les accommodements pour des élections inclusives. Lundi une réunion convoquée pour 10 heures n’a pu commencer qu’après 19 heures après un semblant de quorum (43 sur 82).Cela démontre que les députés ne se pressent pas pour aller faire ce travail. Au fond les députés de la majorité ne veulent pas entendre parler d’élections inclusives. Le 19 mars Monsieur HOUNGBEDJI a tenu une conférence de Presse pour nous dire ce qu’ils sont en train de retenir au niveau du comité paritaire. En écoutant ce qu’il dit, on est obligé de constater que ce qu’ils sont en train de retenir n’a rien à voir avec la solution au problème posé. Cette situation est tout à fait normale. Voilà des hommes qui ont donné de violents coups de pieds dans notre édifice démocratique et qui l’on totalement détruit. Le combat du peuple soutenu par la minorité parlementaire les a empêchés de faire pour le moment ce qu’ils voulaient faire. Ils ont été bloqués et maintenant on les oblige à revoir les textes pour l’organisation d’élections inclusives. Cela ne peut être qu’un travail bâclé. Houngbedji et les siens ne veulent pas savoir que ce sont leurs lois qui sont à l’origine de la crise et que l’on doit d’abord penser à abroger ces lois pour ouvrir la véritable voie aux élections inclusives. Au lieu de cette solution simple, les hommes de Talon font doucement un petit tour vers la révision de la Constitution. Puis arrive un impressionnant mouvement de visites et de rencontres. Hongbedji va chez Yayi, Soglo va chez Talon. Ce qui sort de ces rencontre convainc définitivement Houngbedji qu’il ne faut surtout pas parler de révision de la Constitution. Cette position de Houngbédji n’a pas été du goût des autres membres de la majorité parlementaire. Pour couper court à tout ce désordre, Hougbédji remet le dossier dans les mains de la Commission des lois de l’Assemblée. C’est le dossier de loi dérogatoire qui est proposé à la Commission des lois. Mais il ne s’agit d’une loi dérogatoire mais de lois abrogatoires exigées par les forces de gauche depuis très longtemps. La tournure des débats à l’Assemblée ont tapé sur les nefs à Houngbédji qui a dit en substance que la Commission des lois peut garder le dossier jusqu’en mai si telle est sa volonté.
A son tour Soglo, qui a rencontré Talon le 20 mars, fait le 21 mars, une Conférence de Presse pour dire ce que Talon a accepté de faire, à savoir que Talon s’est engagé à revenir aux lois qui ont permis son élection en 2016.Selon Soglo, Talon a promis tout faire pour permettre le retour des exilés. Nous attendons comment Talon va faire pour honorer ces engagements sans abroger les lois de destruction de notre système démocratique.
Je retiens que le Parti Communiste du Bénin a organisé un hommage à Fidèle QUENUM le 22 mars. C’est un acte de grande justice posé par la direction et l’ensemble du parti à l’égard de Fidèle QUENUM qui fut un très grand militant, un très grand dirigeant et un grand homme produit par notre société. Il restera un modèle pour la partie saine de la jeunesse de notre pays. Gloire immortelle à Fidèle QUENUM.
Je retiens enfin qu’une délégation de l’ONU est en visite au Bénin pour s’informer de la situation relative aux élections législatives. Quand vous voyez ces organismes défiler chez vous, commencez par vous inquiéter sérieusement. La raison, chacun la connaît. Quand vous voyez les vautours tournoyer dans le ciel, sachez que les cadavres ne sont pas loin. Partout où ils sont passés, le désastre s’est installé avec la répression des forces de progrès. Les jeunes, les travailleurs et les forces de progrès doivent rester extrêmement vigilants.
Talon a fait de Laurent METONGNON et ses co-accusés des prisonniers politiques.Talon a enfermé des citoyens pour leur opinion politique. Talon doit libérer Laurent METONGNON et ses co-accusés Talon doit libérer tous les prisonniers politiques. La politique de Talon a poussé beaucoup de Béninois à s’exiler. Talon doit prendre un décret d’amnistie générale pour permettre à tous les exilés de rentrer au pays. La gouvernance de Talon ne convient pas à notre peuple. Talon doit changer sa gouvernance. Je vous souhaite une bonne fin de semaine. Goras GAGLOZOUN membre du Bureau Politique du PSD-BELIER, Parti Liguiste ; tel : 62628837.

 
 
 

Écrire un commentaire

Optionnel